C’est quoi, un coach ?

1/3

On me pose souvent la question.

J’ai donc décidé de vous répondre dans un court article.

Par définition, un coach est un guide, un accompagnateur de la personne de SON point A à SON point B.

Jadis (j’adore utiliser ce mot), un cocher était un métier : c’était l’homme qui guidait le cheval en transportant des marchandises et/ou d’autres gens.

Avant que le mot « coach » soit rependu, des têtes pensantes, comme Socrate ou Erickson, l’ont représenté. Et surtout, on s’appuie toujours autant sur leurs recherches.

C’est aux alentours des années 1960 aux Etats-Unis que le coaching apparaît. On attendra les années 1990 en Europe, notamment en France, pour en entendre parler, de loin…

Les racines sont diverses, je ne ferais qu’en nommer quelques-unes sans rentrer dans plus de détails, ils l’ont écrit bien mieux que moi ! On retrouvera donc l’école de Palo Alto, l’institut Esalen, les thérapeutes Erickson (connu également pour l’hypnose), V.Satir, ou F.Perls.

Ce n’est qu’en 1996 que la 1ère association de coachs voit le jour en France (Il vaut mieux tard que jamais !).

Différent de la psychothérapie, le coaching permet l’atteinte d’un objectif.

C’est pour cette raison qu’un coach se doit de respecter la déontologie qu’il signe. Elle soulève notamment le fait de ne pas accompagner une personne dépressive, ni une personne en burn-out (ça sera le rôle du psychologue), ni une femme enceinte.

Une personne dépressive ou en burn-out ne viendra jamais à la rencontre d’un coach, sauf cas exceptionnel, car malheureusement, leur temps du changement est, soit pas encore arrivé, soit trop brutal.

Attention, ni voyez aucun jugement, cela peut nous arriver à tous.

Bref, pour ces 3 raisons, le coach s’est engagé dans cette déontologie à redirigé le client vers le professionnel adapté.

/!\ Certain coach sont également psychologue, ou ni psychologue ni coach /!\

Je vous invite à vérifier ses titres si cela à de l’importance à vos yeux, et à vous faire votre propre avis en le contactant : une personne non diplômée n’est pas moins pourvue de compétences.

A l’inverse, une personne diplômée a peut-être eu un coup de chance ! (Ne me brûlez pas vive SVP !)

Dans le prochain article, je te dirai qui le coach peut accompagner et sur quels sujets.

Et toi, tu le choisis ou le choisirais comment ton coach ?