Une séance, ça se passe comment ?

3/3

 

Et en séance, cela se passe comment ?

Ensemble, on définit d’abord l’objectif. C’est « je veux », sans concession aucune. « Je souhaite » n’est pas un objectif. Par exemple : « je veux re-trouver un équilibre vie pro / vie perso ». 

Le coach donne des outils avec lesquels travailler ou s’appuyer, en séance et/ou en inter session, donc adapté à chaque personne.

Ce qui rend un coaching UNIQUE. Même avec un objectif identique, les outils utilisés pour un client n’est pas forcément valable pour un autre client.

L’adaptation est le centre de notre travail.

Un outil, c’est quoi ?

C’est indéfinissable, il m’est arrivé de donner/travailler avec un paquet de post-it, un calendrier, un test QCM, un auto-collant de Florence Servan-Schreiber…

Je te l’avais dit : indéfinissable !  La création est innévitable.

Ces fameux outils permettent d’observer la face visible et de faire ressortir la face non visible. C’est cette dernière qui sera donc épluché.

C’est cette partie de l’iceberg qui ne se voit pas, qui se répète sans cesse : l’histoire du cycle qui n’a pas trouvé comment tourner autrement.

Cela s’appelle de l’auto-sabotage : on a beau vouloir une autre situation, une autre relation, une autre conversation, une autre place dans son équipe, sa famille, l’histoire sans fin nous poursuit.

Lors d’une séance, le coach doit être décontracté tout en ayant une discipline de fer. Le client le vivra certainement comme une conversation « banale ». Les questions iront dans le sens de l’objectif et permettront de faire émerger les valeurs.

Le coach doit ramener sans cesse le client : ce n’est pas une punition, mais c’est notre job de recentrer.

Le coach suit un protocole, une méthodologie. C’est comme un plan, mais les interlignes sont variables.

Ensemble, une carte est construite, et ce sera celle du client, sans influence de la part du coach.

Le coaching permettra alors une plus grande connaissance de soi, car les valeurs ont été identifiées, de ce fait les besoins respectés et les limites posées.

Avec cet appui, ces murs consolidés, ces croyances et points de blocages remodelés, le coaching donnera lieu à un projet abouti, car ensemble, les embûches seront observées et appréhendées.

A la fin de l’accompagnement, de la clarté émergera, ainsi, le client sera reconnecté avec ses racines.

Il est important de rendre son client INDEPENDANT.

Rappel-toi de la déontologie : aucun abus de faiblesse ne doit être un constituant de notre travail.

 

Et toi, as-tu déjà bénéficié d’un coaching ou tu es professionnel et procède autrement ?