Réseautage

2/2

 

 

Suite et affinage de ma recherche de réseautage.

Je commencerai par passer les détails concernant le dîner, pas vraiment à mon goût.

Lors des diverses conversations ou chacun s’est exprimé sur son métier et sa propre vision du travail, j’ai affiné mes désirs.

Pour intégrer un groupe et réseauter sans que cela soit une contrainte, il me faut quelques ingrédients à ma recette :

être à l’aise ! cela paraît si évident, mais cette première me l’a confirmé.

être dans des valeurs communes de travail : on peut ne pas faire de business ensemble mais on peut tout de même s’échanger des idées, des parcours, des conseils.

être proche de l’humain, certainement une déformation professionnelle, j’y tiens.

recevoir / donner, 50/50, car me sentir utile et à la fois soutenue me fait progresser.

laisser place à l’inconnu : être ouverte à d’autres personnes m’est indispensable.

Cette première soirée ne m’a pas vraiment convaincue, les échanges n’ont pas été assez vrais (pour moi), les barrières étaient dressées bien trop hautes, et les apparences étaient à l’inverse de ces barrières.

Pour ne pas rester sur cette idée, je décide de me tourner toute seule vers d’autres groupes.

Je teste différents moments de la journée : petit dej / dej / goûter (c’pas nommé comme ça, je te rassure !), afterwork et soirée.

 

Ce que je ne veux pas :

être adhérente dans plusieurs groupes à la fois, cela me demande beaucoup trop d’énergie.

un trop grand nombre de personnes présentes à la fois lors d’un évènement.

un contexte de « dragouille », je suis très épanouie de mon côté, merci !

me lever aux aurores : petit déjeuner exclus !

se regrouper autour d’un repas business de mauvais goût : j’ai un palais gustatif qui marche très bien.

 

Ce que je veux :

des formations / ateliers de qualités proposées par le fondateur / fondatrice.

des personnes investie dans leurs projets : le fameux rapport valeur travail commune.

du bien-être et du reboostage lorsque je ressors d’un évènement.

grandir ensemble : ne pas rester seule dans cette aventure.

des adhérents qui comprennent que ce sont nos entrailles qui parlent : être entrepreneur est une évidence lorsqu’on décide de le vivre.

Aujourd’hui, j’ai pu checker chacun de mes points importants.

Merci aux Toulousaines Audacieuses et sa super fondatrice Carole-Anne Roland.

 

Et toi, tu as trouvé les différentes paillettes pour illuminer ton réseautage ?